En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. Pour en savoir plus ou modifier vos paramètres cliquez ici.

GERER LE STRESS : ANTICIPER ET COMPRENDRE

par Christine Perry pour CP Plus

Gérer le stress c'est aussi favoriser la connaissance de soi

Améliorer l'environnement de travail, améliorer la qualité de vie au travail permet de diminuer le niveau de stress. Pourtant le stress est toujours aussi présent (voire plus).

La gestion du stress est efficace si nous prenons également conscience de qui nous sommes : anxieux, perfectionniste, pressé, autoritaire, soumis, sauveur et tant d'autres mots qui définissent qui nous sommes et du même coup comment nous nous comportons face aux événements de la vie.

Vous ne trouverez pas de baguette magique pour vous accompagner à gestion du stress pour autant, le stress n’est pas une fatalité.

Le stress

« Un état de stress survient lorsqu’il y a déséquilibre entre la perception qu’une personne a des contraintes que lui impose son environnement et la perception qu’elle a de ses propres ressources pour y faire face. L’individu est capable de gérer la pression à court terme mais il éprouve de grandes   difficultés face à une exposition prolongée ou répétée à des pressions intenses».

Définition du stress au travail  (ANI - Accord National Interprofessionnel 2008)

Une fonction protectrice essentielle à notre survie

Le stress est notre allié

Le stress est un ensemble de réactions physiologiques et psychologiques mis en œuvre par une personne pour s’adapter à un événement donné quand il est perçu comme menaçant ou néfaste.

Le stress demande de la vigilance

Le changement brutal, intense ou répété survenant dans les habitudes d’une personne, jusque-là bien équilibrée, peut déclencher un bouleversement dans sa structure psychique et même somatique...

Un processus en 3 phases

dessin Marc Chalvin

Le stress se définit en trois phases.

Quand une personne doit faire face à un événement ponctuel exigeant (rendre un rapport, faire une présentation,…), un phénomène de stress aigu se met en place.

Cette réaction de stress est utile dans la mesure où elle prépare notre corps à réagir. Le stress peut donc être considéré comme utile (voire vital) dans la mesure où il va nous permettre de nous adapter à des changements de notre environnement. Le stress aigu disparait avec la fin de l’évènement stressant, sans conséquence négative pour l’organisme.

En revanche, quand une personne est exposée à des contraintes de travail durables et intenses, une situation de stress chronique s’installe avec les conséquences que nous connaissons.

Anticiper le stress = identifier les stresseurs

Il existe plusieurs catégories de stresseurs :

Professionnels :
la pression des délais, des objectifs, un entretien professionnel, une réorganisation, des relations conflictuelles, un environnement bruyant, un poste de travail mal adapté...

Familiaux/sociaux :
un déménagement, un changement dans la structure de la famille, un enfant en difficulté scolaire...

Personnels :
l'isolement, la peur de l'avenir, le manque de confiance en soi...

Gérer le stress passe par une phase d'identification de ces stresseurs et demande de la vigilance.

Face au stress nous sommes tous différents

Le stress est un phénomène subjectif, chacun évaluant différemment les facteurs de stress.

Pourquoi perçoit-on le stress différemment selon les individus ou selon les moments ?

Face à un agent stressant, le cerveau procède instantanément à une évaluation automatique de la situation dite évaluation primaire : « La situation est-elle néfaste ou dangereuse ? Nuit-elle à mon bien-être physique et moral ? ». En fonction d’expériences comparables déjà mémorisées, s’il y a estimation d’un danger potentiel, le cerveau effectue une évaluation secondaire : « Ai-je les moyens d’y faire face ? » et «Comment est-ce que je peux faire face ? ».

Si la personne estime pouvoir faire face, il y a peu ou pas de stress, dans le cas inverse il y a réaction de stress aigu.

Ces processus sont généralement rapides et ne résultent pas d’une analyse rationnelle de notre part. Ils sont subjectifs et dépendent de notre personnalité, de nos expériences et des situations analogues déjà vécues.

Influence de la personnalité
Une personne anxieuse va avoir tendance à évaluer toute situation comme dangereuse.

Influence de l’estime de soi
Une personne ayant une faible estime d’elle-même va avoir tendance à sous-estimer ses ressources.

Influence de l’expérience
Toute nouvelle situation, tout changement peut être jugé potentiellement menaçant.

Gérer le stress = agir sur l'environnement et agir sur l'homme

Les pistes pour faire face sont de différentes natures,  agir sur les conditions de travail, améliorer la qualité de vie au travail, avec par exemple une réflexion à mener sur :  

Développer l’autonomie
Favoriser la coopération
Concilier vie professionnelle et vie privée

Anticiper passe aussi par la prise en compte du facteur humain :

Donner du sens
Valoriser les compétences
Pratiquer la reconnaissance
Donner du feed-back
Développer l’optimisme

La conscience de soi pour gérer le stress

Retour

Ajouter un commentaire